Dernières Chroniques

                    

vendredi 28 novembre 2014

Je m'appelle Lumikki - Tome 1 : Rouge comme le Sang

Titre original : Lumikki Andersson #1 - Punainen kuin veri
Éditeur Français : Hachette Livre. Sortie le 5 Novembre 2014. 320 pages - 15€. 
Egalement disponible chez Le Livre de Poche. 288 pages - 15€

Lumikki Andersson a dix-sept ans.
Elle vit seule dans un studio, loin de son passé.
Loin des gens.

Par un matin glacial, dans le lycée d'arts appliqués où elle s'est inscrite pour échapper à une vie rangée sous la coupe de ses parents, Lumikki découvre des dizaines de billets de 500 euros. Une odeur la perturbe. Une odeur de vieux sang.

Lumikki ne veut pas d'ennuis. Elle ne touche pas aux billets, oublie l'odeur. Mais l'affaire la rattrape. Entre flics corrompus et barons de la drogue, Lumikki va devoir remonter la piste...

Rouge comme le Sang est un roman assez singulier dans le fond ET dans la forme, si bien qu'au final le sentiment avec lequel on ressort de cette lecture nous semble tout autant singulier. Néanmoins, et là je ne vous apprend rien, la singularité n'est pas forcément une mauvaise chose pour peu que l'on y soit réceptif, ce qui me fait dire que Rouge comme le Sang est de ces romans qui ne se contente pas de taper dans le milieu mais qui fait plutôt dans les extrêmes. Soit on se laisse entraîner dans cette singularité, autant au niveau du style que des personnages, soit on accroche pas et l'ensemble peut vite devenir laborieux à manœuvrer. Personnellement il m'a fallu quelques chapitres avant d'accrocher et de me faire à la forme du récit, mais une fois que ce fut le cas j'ai été plutôt fascinée par les péripéties de l’héroïne et ce jusqu'à la toute fin.

Il faut dire que Lumikki est un personnage principal pour le moins original. Dès le début on entrevoit beaucoup de noirceurs dans son passé et un drame familial qu'elle même refuse à s'expliquer. D'ailleurs le style de l'auteure qui peut à prime abord nous paraître étrange ne fait finalement que renforcer l'aura forte et insolite de cette jeune femme. Lumikki est réellement une protagoniste compliquée à cerner et bizarrement on a pas beaucoup de mal à accepter qu'elle gardera très certainement toujours ce mystère, ou si ce n'est toujours au moins le temps de ce premier tome. En tout cas pour ma part je l'ai pris comme un fait avéré, la lumière ne se fera peut-être jamais vraiment sur les failles et craquelures de Lumikki et cela me va très bien comme ça !

Au delà de l’héroïne, l'intrigue elle-même est assez particulière puisqu'en tant que lecteur on connait le fin mot de l'histoire assez rapidement. En tout cas bien avant les personnages, Lumikki y compris. En effet, bien que Lumikki soit l’héroïne de cette histoire, on suit également d'autres personnages le temps de petits interludes et cela a pour conséquence de nous offrir un fil rouge globalement dépourvu de surprises. On part d'un point A pour arriver à un point B que l'on connait d'avance et il ne reste que les subtilités du chemin emprunté à découvrir au fil des pages. Cependant on ne s'ennuie pas pour autant et ce principalement grâce à l'aura de cette jeune femme de 17 ans bien débrouillarde. Au final c'est l'intrigue qui est au service du personnage et non l'inverse, ce qu'on attend pas forcément à trouver dans un thriller.

Au final je pense que Rouge comme le Sang se bâti vraiment sur une singularité qui peut désarmer. Si j'ai apprécié la construction du récit, la façon dont l'auteure magne son intrigue, et l'aura mystérieuse et entêtante de l’héroïne, je peux comprendre que cet ensemble ne plaira peut-être pas à tout le monde. De plus je dois dire qu'il m'a manqué quelques révélations, voir quelques rebondissements, pour que je finisse d'être fascinée et que le roman passe dans la case coup de cœur. Néanmoins après avoir lu l'extrait du tome 2, proposé à la fin de l'ouvrage, je crois qu'on peut dire que les révélations risquent de se bousculer au portillon avec Blanc comme Neige à venir en Février 2015 !

Note ; ★★★★★ (4.75)

Merci à Matéïa et aux éditions Hachette pour cette découverte. 

jeudi 27 novembre 2014

TAG || Creatures of the Night

Le Tag ? Creatures of the Night
La Tagueuse ? Ma tartiflette Bookish Girl
Le PrincipeCiter des livres comportant certaines créatures (zombies, vampires etc) que nous souhaitons lire à l'avenir, qu'ils soient dans notre PAL ou WL.

Vampires :
Comment vous annoncer ça ? Je suis pas ultra fan de livres mettant en scène des vampires. J'ai un peu l'impression de toujours lire la même chose et à force j'ai un peu abandonné l'idée de lire toutes les nouveautés du genre. Néanmoins The Coldest Girl in Coldtown est sur ma liseuse depuis un certain temps, apparemment les gens ont soit adoré soit détesté et je suis donc curieuse.

Loups-Garou :
Je pourrais vous répéter de ce que j'ai dis à propos des vampires pour les loups-garou, sauf qu'en plus je n'ai JAMAIS été attirée par ces créatures en littérature. Mon attrait pour les loups-garou s'arrête vraiment à la série Teen Wolf (et pas que à cause du fait que Stiles soit génial et Daniel Sharman canonissime, pour qui me prenez-vous donc ?) et ne va pas plus loin . Mais en parcourant Goodreads je suis retombée sur Nightshade et ses bons avis, même Veronica Roth et Jennifer L. Armentrout l'ont kiffé, et donc j'me dis que peut-être un jour faudrait que je m'y mette histoire de pas mourir idiote (ou du moins encore plus idiote que je ne le suis déjà).

Zombies :
Confession # 2 : les zombies non plus c'est pas ma grande passion. C'est peut-être même pire que les deux créatures précédentes puisque même au ciné et en télé j'accroche pas (et je vous vois venir : oui j'ai testé The Walking Dead et non ça m'a vraiment pas plu). Mais dans ma wishlist j'ai quand même The Aftermath dont le résumé envoie de la bûchette sévère, donc peu importe si le monde post-apocalyptique est empli de zombies j'ai envie d'acheter quand même !

Fantômes :
Ce roman je le veux tellement que ça en est presque plus drôle. Allez lire le résumé et dites-moi que vous avez pas envie de le lire et d'en plus voir le superbe hardback dans votre bibliothèque ! Puis j'adore tout ce qui est avec des fantômes et esprits en plus *__*

Sorciers :
Celui-ci est dans ma PAL et avec son résumé entre mondes parallèles, magie, et la ville de Salem, y'a de quoi en baver d'avance !

Fée :
Je vous rassure, moi-même je ne comprend pas pourquoi ce roman est toujours dans ma PAL. J'ai lu et adoré les trois premiers volets, je suis limite en émoi dès qu'on évoque Ash, et pourtant je ne me suis toujours pas résolue à lire ce dernier tome. Je m'épuise moi-même parfois.

Démons :
Celui-ci m'a été offert par Nessa à mon anniversaire et j'ai vraiment hâte de le lire, après tout les séries YA de Jennifer L. Armentrout me laissent toujours dans tous mes états ! Normalement j'dois le lire en Décembre d'ailleurs, ma bookjar en a décidé ainsi, et ça c'est super coule.

Anges :
Offert par Orbianna lors de notre SWAP il est donc dans ma PAL et devrait en sortir début 2015. J'ai tellement envie de retrouver Raffe ! (Oui je suis une gourgandine littéraire et j'assume :P)

Aliens :
J'avais précommandé la réédition suite à une super chronique de Gilwen et il est arrivé dans ma PAL cette semaine :) (Sauf qu'il était abîmé alors BookDepository doit m'en renvoyer un autre et j'vais donc l'avoir en double et ma bibliothèque commence à se plaindre de ce nouvel excès de poids et bref c'est mon dilemme actuel que de savoir quoi faire de l'exemplaire abîmé. J'ai une vie palpitante et complexe, je sais.)

Humains avec superpouvoirs :
Encore un qui est tout en haut de ma wishlist ! En plus j'ai lu le tome 1 de Legend il y a peu et le style d'écriture de Marie Lu a fini de me convaincre :D


Je tague
(Comme d'habitude je vous oblige pas à le faire mes p'tites licornes ! Donc si jamais vous voulez pas faire d'article hésitez pas à faire le tag en commentaire <3)

mercredi 26 novembre 2014

Wild Seasons - Tome 1 : Sweet Filthy Boy

(lu en VO)
Éditeur Français : Hugo Romans, Collection New Romance. Sortie en 2015.

Les coups d'un soir sont censés être avec quelqu'un d’accommodant, ou diaboliquement persuasif, ou regrettable. Ils ne sont pas supposés être avec quelqu'un comme lui.

Mais après un weekend dingue à Vegas pour célébrer son diplôme universitaire, alors qu'elle est terrifiée de son futur annoncé qu'elle ne sait être qu'une échappatoire, Mia Holland prend la décision la plus folle de sa vie : suivre Ansel Guillaume, son coup d'un soir, en France pour un été à jouer.

Lorsque des sentiments commencent à se développer derrière les rôles provocants qu'ils s'inventent, cette mascarade d'aventures temporaire semble devenir bien réelle. Mia devra décider si sa place est dans la vie qu'elle a laissée derrière, et qui lui semblaient n'être qu'un mauvais choix, ou dans celle étrange qui s'offre à elle et lui semble à bien des années lumières.
(Traduction personnelle. Merci de citer le blog si vous prenez.)


 Life is built of these little horrible moments and the giant expanses of awesome in between. 

Christina Lauren est un duo d'auteures de romances que j'apprécie plutôt bien. A la base pourtant je n'avais pas accroché plus que ça à Beautiful Bastard, et c'était en persistant que j'avais fini par être séduite puisque j'ai énormément apprécié Beautiful Stranger et complètement adoré Beautiful Player. De ce fait j'étais plutôt confiante en attaquant Sweet Filthy Boy. Je me disais qu'au pire je n'apprécierais peut-être pas plus que ça mais que le roman saurait lancer une trilogie qui monterait en puissance comme la précédente, et qu'au mieux il serait d'une qualité proche de Beautiful Stranger et Beautiful Player. Au final Sweet Filthy Boy n'a peut-être pas été un coup de cœur mais j'ai passé un excellent moment de lecture et je pense que la trilogie part donc sur d'excellentes bases.

Tout d'abord j'ai beaucoup apprécié les deux personnages principaux de ce premier tome. Bien sur le héros, Ansel, est sexy et craquant à souhait comme l'ont été la plupart des jeunes hommes inventés par les auteures dans leurs romans précédents. Mais, surtout, l’héroïne, Mia, n'est pas totalement définie par ce dernier comme c'est trop souvent le cas dans les romances du genre et ça, ça envoie de la buchette sévère ! Je vais encore faire un petit parallèle avec la trilogie des Beaufitul (promis après j'arrête !) mais on retrouvait déjà dans ces trois tomes des héroïnes qui savaient exister au delà des mâles de leurs vies et c'est donc un vrai point positif que de retrouver cela à nouveau dans Sweet Filthy Boy. Au final malgré toute la sexytude que dégage Ansel, le mec pourrait fournir un petit pays en sexytude à lui seul, j'ai réellement apprécié de passer des moments privilégiés avec Mia seule. La jeune femme remet vraiment en perspective sa vie au delà même du jeune homme, elle se trouve en tant que femme, et ça non seulement c'est très agréable à lire mais en plus cela ne fait que donner plus de poids à la relation que les protagonistes entretiennent

Car en plus d'avoir de bons personnages, la relation principale est parmi celles qui ont eu une évolution des plus réalistes que j'ai pu lire en romance érotique. C'est d'autant plus ironique et frappant puisque leurs débuts sont assez poussifs et partent sur un coup de foudre à Vegas. Pour autant cela n'empêche pas Ansel et Mia de se poser de vraies questions sur leur avenir, ces débuts rocambolesques en apportant même d'autant plus. Et punaise qu'est-ce que c'est rafraîchissant d'avoir une héroïne qui a un peu de bon sens et doute de vraiment connaître sa moitié lorsque tant de leur temps passé ensemble semble être pris par le sexe ! C'est vraiment le détail qui me faisait rouler des yeux dans la plupart des romances érotiques que j'ai pu lire. Les personnages sont tout le temps au lit, ils ne connaissent au fond pas grand chose l'un de l'autre, mais ils sont amoureux après quelques semaines et finalement mariés dans l'année... Quand est-ce que dans la vraie vie ça se passe comme ça, sérieusement ?!

Ainsi j'ai trouvé qu'en utilisant malgré tout beaucoup de codes inhérents à la romance érotique, Christina Lauren avaient su apporter une vraie fraîcheur à leur récit. Les personnages sont tout deux attachants, Ansel car on craque un peu pour lui et Mia car on se sent vraiment proche de ses préoccupations, et l'évolution de leur relation se fait avec beaucoup d'intelligence malgré des débuts qui auraient pu faire vite tomber le tout dans le cliché. La seule chose que je pourrais réellement reprocher à Sweet Filthy Boy c'est de ne peut-être pas assez exploiter certains éléments du passif des personnages, notamment la relation très compliquée et conflictuelle entre Mia et son père, et une fin un peu facile. Tout semble se résoudre assez facilement et, sans que cela devienne pour autant dramatique et prise de tête, je pense que ça aurait été sympa si la fin avaient été un peu plus approfondie. Néanmoins on peut dire que ce roman est une réussite et je pense que Christina Lauren se confirment comme un duo à suivre en romance érotique

Note : ★★★★☆ (4.5)

mardi 25 novembre 2014

La Séance de Rattrapage #10 || Novembre 2014

Un rendez-vous mensuel inspiré de la "Séance Vidéoludique" mise en place par Saefiel. Il s'agit de faire chaque 25 du mois un bilan de nos découvertes ciné, séries et musiques. De quoi diversifier un peu nos blogs et parler d'autre chose que de littérature pour une fois !

Les films / DVD

Edge of Tomoroow (Film de Science Fiction américain) L'idée de base est bonne mais l’exécution est plutôt médiocre. De plus, comme dans la plupart des films avec Tom Cruise, il y a 800 explosions par minute pour remplir les failles du scénario et ça devient vite ennuyeux. (1.5/5)
22 Jump Street (Comédie américaine) Un énorme navet. Autant le premier était assez drôle, autant celui-ci n'est qu'un enchaînement de lourdeur et de mauvais goût. Le seul intérêt du film ? Le générique de fin qui concentre plus d'humour en quelques minutes que les deux heures précédentes. (0.5/5)
Si Je Reste (Comédie dramatique américaine) L'histoire de base restant la même que celle du roman on ne peut qu'être ému. Néanmoins si le casting tient plutôt le route, le jeu de Chloé Moretz manque encore cruellement de conviction dans ce genre de rôles. Elle est clairement pas dans son élément dès qu'on la sort de ses rôles d'action, or avec une actrice capable de balancer des émotions vraiment écorchées ça aurait pu être une magnifique performance. (4/5)


Frank Dubosc - A l'état Sauvage (Spectacle, one-man show) A la base je suis pas hyper fan de Dubosc en one-man show, pour le coup je le préfère au cinéma, mais ça reste un spectacle sympa. Dubosc fait du Dubosc dont les fans seront surement comblés. (3.5/5)
Kev Adams - Voilà Voilà (Spectacle, one-man show) Des trois dvd de spectacles humoristiques que j'ai pu visionner dans le mois c'est celui que j'ai préféré. Kev Adams amorce en douceur une transition hors de son rôle d'éternel ado de 18 ans et c'est assez réussi. Petit bémol : un peu trop de chansons dans le spectacle ce qui soûle à force. (4/5)
Gad Elmaleh - Sans Tambour (Spectacle, one-man show) Ma déception du mois. Je suis ultra fan de Gad, j'ai tous les dvds de ses spectacles et à force de les avoir vu je les connais par cœur, sauf que là je suis vraiment restée sur ma faim. J'ai eu l'impression que le spectacle était tronqué, il n'y a aucun fil rouge, l'ensemble est franchement décousu, et surtout aucun sketch ne se détache du lot. Pour moi c'est un spectacle bâclé. (3/5)

Les séries

Chicago P.D. - Saison 2, épisodes 5 à 7 : J'aime toujours énormément cette série mais j'ai par contre eu un vrai problème avec l'épisode 7. En effet cet épisode fait parti d'un crossover qui s'étend sur deux autres séries de la chaîne... et au final ne ressemble à pas grand chose en tant qu'épisode propre. J'ai du m'accrocher pour le comprendre, surtout qu'il n'y avait aucun récap' de ce qui s'était passé dans les épisodes diffusés dans les autres séries. S'il faut se taper toute la programmation de NBC pour pouvoir apprécier une seule série ça va vite devenir lourd !  (5/5)
Faking It - Saison 2, épisode 5 :  J'ai pas vraiment eu le temps d'avancer dans la série ce mois-ci mais l'épisode 5 était sympa bien qu'un peu inutile. Disons qu'on voit bien qu'ils rallongent au maximum avant de lancer la grosse révélation du secret que Amy & Liam cachent à Karma. (4/5)
Orphan Black Saison 2, épisodes 1 et 2 : J'ai été super déçue par cette reprise. Autant j'avais adoré la saison 1, autant là en deux épisodes ça part déjà dans tous les sens et ça n'a plus ni queue ni tête. (2.5/5)


The Big Bang Theory - Saison 8, épisodes 7 et 8 : Toujours la saison de trop et Penny & Leonard sont toujours aussi détestables. Rien de nouveau sous les tropiques donc. (3.5/5)
Grey's Anatomy Saison 11, épisodes 5 à 8 (pause d'hiver) : On est pas dans le Grey's Anatomy de la grande époque mais ça s'laisse toujours bien regarder. La saison est quand même une grosse hécatombe au niveau des couples mythiques de la série puisqu'il n'y en a plus que trois qui existent encore (Alex et Jo étant un de ces trois à mon horreur, surtout qu'elle est franchement chiante depuis quelques épisodes), et en plus un de ces trois va surement tourner court puisqu'une grosse épreuve se prépare pour eux dans le winter finale.  (4/5)
How to Get Away with Murder Saison 1, épisodes 5 à 9 : Que vous dire à part que je suis tombée folle amoureuse de cette série ? Les personnages sont géniaux (qu'est-ce que j'aime Connor !), les épisodes sont tous extrêmement prenants, et le winter final a non seulement réuni l'histoire principale et les flashbacks mais nous a aussi balancé un retournement de situation énorme à la figure. Bref c'est LA série de la rentrée à découvrir ! ()

Les musiques


Le premier album sorti en Novembre que j'ai écouté est donc celui de Louis Delort & The Sheperds et je l'ai trouvé vraiment très bon. A la base j'écoute peu d'artistes français car franchement musicalement on se traîne un peu et c'est pas demain que j'écouterais Shy'm ou Tal de mon plein gré. Néanmoins là j'ai quand même été bluffée. Les textes sont très bons, les mélodies tout autant, et l'empreinte vocale de Louis Delort fait le reste. L'album vaut vraiment le détour en tout cas et c'est dommage qu'il ne soit pas plus mis en avant. (5/5)

Le second album que j'ai écouté fut donc le tout nouveau de Taylor Swift... et là ce fut le drame ! Cet album est tout bonnement mauvais, mauvais, et re-mauvais ! On va pas se mentir, Taylor Swift à la base c'est pas la nana que t'as le plus envie d'écouter mais ses anciens albums avaient vraiment la capacité d'accrocher l'oreille. Elle a pas non plus la voix la plus intéressante ou maîtrisée du monde, surtout au live, mais le fait qu'elle se soit crée un style assez original dans ses mélodies et l'armature de ses textes avait un certain mérite. Sauf que 1989 n'a absolument aucun des avantages de ces prédécesseurs ! Taylor Swift abandonne son mélange country/pop pour une pop facile et entendue des milliers de fois, au point que les chansons se fondent d'ailleurs les unes dans les autres par leur manque d'originalité. Puis sa voix se laisse carrément écraser par les rythmes, là où une Beyonce envoie quand même de la buchette sévère, et on tombe donc clairement dans la même catégorie de toutes ces petites nouvelles qui se vendent comme produit pour faire oublier la vacuité de leur musique. Zéro originalité donc pour cet album qui nous réchauffe, très mal en plus, des choses entendues et réentendues 100 fois. (1/5)
Les titres à écouter : Shake it Off (et c'est tout, épargnez-vous le reste !)

Si vous avez des recommandations de films, séries et/ou musiques, n'hésitez pas à m'en faire part pour mon mois de Décembre ;)

lundi 24 novembre 2014

C'est Lundi, que lisez-vous ? #86

Rendez-vous qui consiste à faire le point chaque Lundi sur ses lectures de la semaine passée, ses lectures présentes et ses lectures pour le reste de la semaine. Les liens sont compilés sur le blog de Galleane chaque semaine. 

J'ai pas eu l'impression de lire énormément, néanmoins la semaine fut bien remplie :)
Bora-Bora's Bitches : RELECTURE. Toujours aussi agréable et drôle à lire que la première fois.
Bora-Bora's Bitches 2 : Un gros kiffe que de retrouver les quatre morues et le sexy 4B ! Ce que j'aime vraiment avec ces romans c'est que non seulement je ris bêtement à quasiment toutes les pages, mais je suis capable d'avoir aussi la larmichette à l’œil à certains moments. Au final cette duologie a été une superbe histoire d'amitié et je suis déçue de me dire que y'aura vraisemblablement plus de nouveaux tomes.
Je m'appelle Lumikki - Rouge comme le Sang : Si j'ai été un peu perturbée par le style d'écriture au début, j'ai finalement beaucoup aimé. Ma chronique devrait arriver dans la semaine :)

Wild Cards est toujours en cours d'écoute sous la forme d'audiobook. J'ai quand même mis moins le temps à le lire qu'à l'écouter ;) Sinon j'ai commencé Crossfire #4, qui malheureusement semble être dans la lignée de tout ce que j'avais détesté dans le tome précédent, et Animale, dont j'adore le style d'écriture pour le peu que j'ai pu lire.


Carrier of the Mark est toujours d'actualité pour mon challenge GSTB et Sisters Red devrait l'accompagner pour clôturer ce mois de Novembre.

Rappel des articles postés : 
[Chroniques] Legend #1
[Chronique Film] One For the Money

Articles à venir : 
Chroniques Livres : Don't Look Back & Burn for Burn & Sweet Filthy Boy & Jeu Mortel à Echo Bay & Illusions of Fate & Out of Control & Rebelles & Lumikki

Les vidéos à voir :
(ça ressemble plus à Mean Girls qu'au roman :/)
(si, comme moi, vous vous êtes remis de la mort qui se passe dans le T5 en vous disant que c'était essentiel pour le développement de Harry vous risquez d'être vénère, j'vous préviens)

Les liens à visiter :


Où me trouver :