Dernières Chroniques

                    

mercredi 29 octobre 2014

The Blackcoat Rebellion, Tome : Pawn

(lu en VO)
Éditeur Français : Harlequin, Collection Darkiss. Pas de date de sortie encore annoncée.

TU PEUX ÊTRE UNE VII. SI TU ABANDONNE TOUT.

Pour Kitty Doe, cela semble être un choix aisé. Elle peut soit passer le reste de sa vie en tant que III dans la misère, méprisée par ceux de rangs supérieurs et forcée à quitter les gens qu'elle aime, ou elle peut devenir une VII et rejoindre la famille la plus puissante du pays.

Si elle dit oui, Kitty sera Masquée—transformée chirurgicalement en Lila Hart, la nièce du Premier Ministre, décédée dans de mystérieuses circonstances. En tant que membre de la famille Hart, elle sera célèbre. Elle sera adorée. Et pour la première fois, elle comptera.

Il y a un seul piège. Elle devra aussi stopper la rébellion que Lila a secrètement encouragée, celle-là même qui l'a faite tuer et en laquelle Kitty croit. Confrontée à des menaces, des conspirations, et à une vie qui n'est pas la sienne, elle devra décider quel chemin choisir—et devra apprendre comment devenir plus qu'une simple pièce dans un jeu tordu qu'elle commence tout juste à comprendre.
(Traduction personnelle. On copie, on crédite le blog !)

Après la trilogie Le Destin d'une Déesse, Aimée Carter a choisi de s’attaquer au genre dangereux, car surpeuplé, de la dystopie en nous proposant Pawn. Le roman repose sur la base d'une société où à 17 ans chaque personne passe un test de culture générale qui déterminera son futur et sa place dans la communauté. Ainsi, selon son résultat, on obtient un rang allant de 1 à 6 qui sera tatoué sur notre nuque et déterminera à quels emplois et niveaux de vie on peut prétendre. Cette société a donc pour but d'imposer une place nette et précise à chaque personne, apparemment sans distinction d'origine, et basée sur ses capacités seules. Lorsque l'on rencontre l’héroïne du roman, Kitty, elle vient de fêter ses dix-ans et donc de recevoir un rang de III. Néanmoins la jeune femme refuse le travail qui lui est assigné avec son rang et décide de se cacher jusqu'à ce que son petit ami Benjy passe son test afin de ne pas en être séparée. Les choses prennent cependant une tournure inattendue pour Kitty lorsqu'un garde remarque la couleur si particulière de ses yeux, une couleur partagée par Lila Hart la nièce du Premier Ministre du pays. Avec cette particularité se présente alors une offre irrefusable pour la jeune femme : devenir une VII, le rang réservé à la famille Hart seule. Ce que Kitty ne réalise pas tout de suite c'est qu'en acceptant elle devra renoncer à son identité. Lila Hart est décédée et Kitty sera alors "masquée" chirurgicalement pour lui ressembler et prendre sa place. Pour le meilleur... et pour le pire.

Tout d'abord j'ai beaucoup apprécié le personnage de Kitty. C'est une jeune femme extrêmement déterminée, sure d'elle, et débrouillarde. La façon dont elle arrive à gérer la situation alors qu'elle doit se glisser dans la peau d'une autre force vraiment le respect. J'imagine qu'à sa place j'aurais très vite paniqué et aurais certainement fait pleins d'erreurs qui m'auraient coûtées ma peau. Néanmoins si Kitty fait forcément des erreurs, surtout car on lui cache beaucoup d'éléments primordiaux, elle fait preuve de beaucoup de bon sens la plupart du temps. Au final je ne lui ai trouvé qu'un défaut véritablement problématique, sur lequel je reviendrais un peu plus tard, ce qui est vraiment positif dans une dystopie qui n'a au premier abord pas grand chose de révolutionnaire. 

Cet attachement aux personnages s'est également étendu à Greyson, le cousin de Lila, et Knox, son fiancé. J'ai beaucoup aimé la singularité de Greyson, son intelligence, et la façon dont il gère sa place dans la famille. Il est un peu traité comme un original pas débrouillard et facile à berner alors qu'au contraire il possède bien plus de ressources que cela. C'est un fin observateur et sa candeur n'est que pure gentillesse et en aucun cas de la stupidité. Quant à Knox, ça a vraiment été mon coup de cœur du roman et je suis très rapidement tombée sous le charme de ses contradictions. C'est un personnage complexe pour lequel on a très vite beaucoup de fascination, principalement car on ne sait pas réellement de quel côté sa loyauté repose vraiment. Est-il réellement prêt à aider Kitty à poursuivre le discours révolutionnaire de Lila ou est-il en fait du côté de Daxton, le Premier Ministre tellement affreux qu'on a envie de lui donner des coups de fougère jusqu'à trépas ? On se pose énormément de questions sur ses intentions et l'attrait que sa personnalité un brin sarcastique exerce n'est pas là pour nous aider à avoir les idées claires. J'ai donc vraiment adoré son personnage et je croise les doigts pour qu'il soit encore plus présent et approfondi dans le second tome.

Nous sommes également tenus en haleine par tous les secrets et autres trahisons qui sont le fond de commerce de la famille Hart. Si on se doute très rapidement que Daxton, le Premier Ministre, est tout sauf un bon et honnête dirigeant, il faut avouer que le reste de la famille n'est pas mieux. Entre Celia, la sœur de Daxton et mère de Lila, qui voue une haine féroce au reste de la famille au point d'être prête à tout pour continuer le travail de rébellion amorcé par sa fille, et Augusta, la matriarche du clan Hart, qui n'est qu'une vieille peau manipulatrice et mauvaise, on est servi ! Au moins si ce sont des personnages qu'on ne va pas forcément apprécier, ils ont le mérite d'être intéressants et de ne pas laisser indifférent. Personnellement j'ai adorer détester Daxton et Augusta et j'apprécie vraiment l'effort que Aimée Carter a mis pour rendre ses "méchants" si charismatiques.

Ainsi on peut dire que les personnages de Pawn sont réellement son point fort... Sauf un. Car il y a un personnage qui n'est ni attachant, ni intéressant, et qui surtout se place comme le catalyseur du plus gros défaut de l’héroïne. Il s'agit de Benjy, son petit ami. Personnellement j'ai toujours du mal quand une héroïne à une attache sentimentale aussi forte dans la vie qu'elle quitte en début de roman. Il faut dire qu'en tant que lecteur ce sont des personnages toujours compliqués à appréhender car on les voit très peu et on ne les connait pas vraiment. Dans Pawn, Benjy nous apparaît donc plus comme le boulet de Kitty qu'autre chose. L'attachement qu'elle a pour lui est tel qu'il devient un frein au récit et aux relations qu'elle entretient avec tous les personnages qu'elle rencontre au cours de l'histoire. Elle devient même souvent pénible dans ses réactions disproportionnées lorsque cela le concerne et cela peut vite être fatiguant. On a sincèrement envie de ne pas avoir l'ombre de Benjy dans les pattes à chaque chapitre et j'ai peur qu'il devienne un encore plus gros problème par la suite. Et je vous parle même du fait qu'il soit l'obstacle à une relation qu'on a envie de voir se développer parce que sinon ça vous montrera bien qu'il n'a absolument rien pour lui ce pauvre garçon !

Au delà de tout cela j'ai une fois de plus trouvé le style de l'auteure très efficace. Aimée Carter sait vraiment comment nous prendre par la main et nous emmener à la suite des ses personnages, on sent qu'elle connait ses points forts et les exploite avec beaucoup d'intelligence pour nous rendre la lecture encore plus agréable. Le roman se lit donc très facilement et on a vraiment envie de découvrir la suite des manigances amorcées dans ce tome.

Pawn est une histoire qui a su accrocher mon intérêt. Si la dystopie n'est pas particulièrement intéressante en elle-même, l'auteure a choisi de réellement se concentrer sur la famille Hart et cela n'est vraiment pas plus mal. Les personnages étant la plus grosse réussite de l'histoire, à part pour Benjy-le-boulet, c'est une très bonne idée que de se focaliser sur ce qu'ils ont à offrir. Pour ma part j'ai vraiment très hâte de retrouver Kitty, Greyson, et Knox (surtout Knox), dans le second tome intitulé Captive et qui sort fin Novembre aux USA !

Note : ★★★★☆

lundi 27 octobre 2014

C'est Lundi, que lisez-vous ? #82

Rendez-vous qui consiste à faire le point chaque Lundi sur ses lectures de la semaine passée, ses lectures présentes et ses lectures pour le reste de la semaine. Les liens sont compilés sur le blog de Galleane chaque semaine. 

Une toute petite semaine avec "seulement" deux lectures.
The Blackcoat Rebellion, Tome 1 : Pawn : Un premier tome qui m'a plutôt plu, mais grâce à ses personnages et non à son univers dystopique très faible. Ma chronique arrive très vite.
Oniria, Tome 1 : Le Royaume des Rêves : Un de mes coups de cœur du mois. J'ai adoré les personnages et le monde imaginé par l'auteure qui est vraiment enchanteur. 

Pour le moment je suis assez intriguée, j'ai hâte de pouvoir l'avancer un peu plus :)

On va pas se mentir, c'est la dernière semaine d'Octobre et je suis TRÈS en retard sur mes prévisions. Et en plus j'ai fais une boulette pour mon Challenge God Save the Book puisque Illusions of Fate ne se déroule pas du tout en Angleterre, du coup je vais sortir Out of Control de ma PAL numérique (puisque je suis sure de mon coup et du fait que Sarah Alderson soit britannique). Je poursuivrais ensuite avec Far From You et, pour Hallowen, le tome 3 de la saga Le Manoir.

Rappel des articles postés : 
[Chronique] Imposteur
[Chronique Film] One For the Money
[Challenge] God save the book

Articles à venir : 
Chroniques Livres : Don't Look Back & Burn for Burn & La Danse des Ombres & Sweet Filthy Boy & Jeu Mortel à Echo Bay & Pawn & Oniria


Les liens à visiter : 

Où me trouver : 

samedi 25 octobre 2014

La Séance de Rattrapage #9 || Octobre 2014

Un rendez-vous mensuel inspiré de la "Séance Vidéoludique" mise en place par Saefiel. Il s'agit de faire chaque 25 du mois un bilan de nos découvertes ciné, séries et musiques. De quoi diversifier un peu nos blogs et parler d'autre chose que de littérature pour une fois !

Les films / DVD

Rouge Rubis (Film de Science Fiction allemand) J'ai été agréablement surprise par cette adaptation dont je n'attendais à la base rien. Il faut dire que les seuls trucs allemands que j'ai jamais vu c'est les téléfilms de l'après-midi sur M6, où bizarrement les personnages partent souvent en vacances sur des îles, et c'est vraiment pas ce qu'il y a de plus glorieux à la télévision. Néanmoins Rouge Rubis tient plutôt bien la route. Ma lecture du premier tome remonte à plusieurs années, donc tout n'était pas très frais dans ma mémoire, mais à part les déplacements de scènes qui m'ont frappés dans le déroulement de l'histoire le reste m'a plutôt plu. Je dirais pas que c'est un chef-d'oeuvre, et ça se regarde plus comme un téléfilm que comme un "vrai" film, mais c'est sympa et je suis curieuse maintenant de voir Bleu Saphir. (4/5)
Le Labyrinthe (Film de Science Fiction américain) J'ai adoré ! Les acteurs sont tous géniaux, l'ambiance et les décors sont sublimes, et ils ont su rester totalement dans l'état d'esprit du livre tout en faisant des changements utiles au déroulement de l'histoire. Une super réussite et certainement le meilleur premier film d'une adaptation de trilogie YA (oui pour moi c'est encore plus réussi que Divergent !). ()

Les séries

Chicago P.D. - Saison 2, épisodes 1 à 4 : Je surkiffe toujours autant cette série et j'attend de la débriefer par sms avec ma libellule chaque semaine avec beaucoup d'impatience. Je dois quand même dire que j'ai été un peu frustrée par les deux premiers épisodes qui laissaient un peu l'ensemble des flics de côté pour mettre encore et toujours en avant le même personnage, ce qui personnellement commence à vraiment me gonfler. J'aimais bien Lyndsay dans la saison 1 mais ses problèmes d'adolescence qui reviennent sur le tapis tous les deux épisodes ça me la rend plus que antipathique. Heureusement les scénaristes ont su vite redresser la barre avec des intrigues qui mettent en avant l'unité dans son ensemble, le tout saupoudré de quelques petits arcs pour plusieurs des personnages principaux sans que cela n'empiète sur l'intrigue principale. ()
The Blacklist - Saison 1, épisodes 21 & 11 (fin de saison) : Et voilà une saison 1 enfin terminé ! J'ai énormément apprécié cette série et le dernier épisode donne vraiment beaucoup envie de voir la suite. Si j'avais plus de temps je crois que j'aurais enchaîné avec la saison 2 en VO... mais malheureusement j'ai déjà du mal à suivre avec tout ce que je regarde ^^  (4.5/5)
Faking It Saison 2, épisodes 1 à 4 : C'est toujours pas la série du siècle mais c'est vraiment sympathique pour se détendre. Au final si c'est pas ce que je fais passer en priorité dans mes visionnages c'est toujours agréable à regarder le soir après une série plus sombre et j'accroche vraiment de plus en plus aux nouvelles facettes du personnage de Liam. (4/5)


The Big Bang Theory - Saison 8, épisodes 1 à 6 : Je vais pas polémiquer 100 sur cette huitième saison. J'avais peur que ce soit la saison de trop... eh bien je crois que cela se confirme. (3.5/5)
Grey's Anatomy Saison 11, épisodes 1 à 4 : Cette saison 11 commence vraiment sur d'énormes sentiments contradictoires pour moi. D'un côté j'adore toujours autant certains personnages (comme Alex, Jackson, Webber, et même Meredith), autant certains que j'aimais énormément me sortent vraiment par tous les trous et je ne peux plus les supporter. Je pense surtout à Bailey et Derek qui sont de vraies têtes à claques depuis le début de la saison, c'est clairement pas la modestie ou la gentillesse qui les étouffe et on en viendrait presque à espérer un nouvel accident d'avion pour nous en débarrasser. Je vous passerais également le fait que Arizona et Callie nous rejoue le fameux refrain du "Je veux un bébé mais pas toi" que Christina et Owen nous avait déjà joué pendant trois saisons il y a peu. Du coup je reste toujours autant accrochée à cette série, qui est vraiment LA série doudou pour moi, mais j'ai envie d'étrangler les scénaristes. Vraiment. (4/5)
The Originals Saison 2, épisodes 1 à 3 : Y'a Daniel Sharman, je suis donc une spectatrice heureuse et comblée par ce début de saison (je suis facile à satisfaire, j'avoue). J'aime également plutôt bien l'idée de l'intrigue qui se met en place dans cette saison, même si le fait qu'on nous promette le débarquement massif de personnages de Vampire Diaries m'inquiète. (5/5)


How to Get Away with Murder - Saison 1, épisodes 1 à 4 : Ma nouveauté favorite de la saison pour le moment. Je suis fascinée par tous les personnages et chaque épisode passe à une allure folle tellement je suis à fond dans l'intrigue à tous les coups. Maintenant je suis curieuse de voir comment ils vont gérer les flashbacks sur le long terme car ils renvoient quand même tous au même événement sur une période très courte. J'ai peur que ça étouffe la série assez rapidement :/ Et surtout les audiences sont assez inquiétantes puisque la série est passé de 14 à 9 millions en seulement quelques semaines... Je pense que la polémique autour des scènes gay n'a certainement pas aidé à maintenir l'audience, le public américain étant énormément puritain (et hypocrite), donc j'espère que ça va se stabiliser (sachant que plus de 9M c'est très correct pour la case horaire et la chaîne). (5/5)
Stalker Saison 1, épisodes 1 à 3 : Une autre nouveauté de la saison dont chaque épisode ne manque pas de me captiver... et dont la survie s'avère là aussi risquée. Les audiences sont bonnes sauf que c'est sur CBS et CBS espère toujours des audiences à la NCIS et The Big Bang Theory. Pour eux 8M de moyenne c'est un échec. A voir si la série tient toute la saison... ce serait quand même un gros gâchis de potentiel car les trois premiers épisodes étaient vraiment géniaux. (5/5)
Red Band Society Saison 1, épisodes 1 et 2 : Et on termine par la série pour laquelle je me suis fait une raison. J'ai beaucoup apprécié ces deux premiers épisodes mais la série ne passera clairement pas l'hiver. La FOX enregistre des audiences catastrophes sur toutes ses séries mais Red Band Society est vraiment celle qui a le plus de mal à se maintenant hors de l'eau. Du coup malgré les premiers épisodes attachants je pense que je vais la mettre de côté histoire de ne pas investir trop de temps dans une série qui n'aura jamais de fin satisfaisante.  (4/5)

Si vous avez des recommandations de films, séries et/ou musiques, n'hésitez pas à m'en faire part pour mon mois de Novembre ;)

vendredi 24 octobre 2014

Variants, Tome 1 : Imposteur

Titre original : Variants #1 - Impostor
Éditeur français : Robert Laffont, Collection R

Sa mission : appâter un serial killer.
Son don : voler votre apparence.

Rejetée par sa famille à cause de son don, Tessa est accueillie à bras ouverts par la Cellule des aptitudes extraordinaires, branche ultrasecrète du FBI qui recrute des jeunes doués de pouvoirs surnaturels. Après deux ans d'entraînement intense, elle maîtrise enfin le sien : la métamorphose.
Mais les choses sérieuses commencent vraiment pour Tessa lorsqu'un tueur en série sème la terreur dans une paisible ville de l'Oregon. Pour confondre le meurtrier, elle va devoir prendre les traits de Madison, l'une des victimes, laissée pour morte. Dans le rôle de la brebis sans défense, Tessa attend que le loup vienne parachever son oeuvre macabre...
Si elle déteste cette imposture au quotidien, incarner Madison offre aussi des compensations, celles d'une vie normale que Tessa n'a jamais connue. Au-delà des faux-semblants, des multiples suspects et du danger omniprésent, elle va découvrir l'amitié et une famille soudée. Mais comment se faire aimer pour soi quand on est dans la peau d'une autre ?


Imposteur c'est l'histoire de Tessa dont la particularité est d'être capable de copier l'apparence d'un être humain après l'avoir touché. Rejetée par sa mère à cause de cette singularité, la jeune femme a été recueillie par une branche du FBI ayant créé une Cellule apprenant à contrôler et exploiter le dons des Variants, ces humains aux particularités extraordinaires. Alors qu'un serial-killer sévit dans la petite ville tranquille de Livington et a laissé sa dernière victime pour morte, c'est l'occasion pour la jeune femme de faire ses preuves. Si la victime Madison succombe à ses blessures une fois à l’hôpital, elle a survécu assez longtemps pour que Tessa la touche et assimile donc son ADN. La mission de l'adolescente est alors claire : elle devra prétendre être Madison, que ce soit auprès de sa famille ou ses amis, afin d’attirer le meurtrier hors de sa cachette.

Tout d'abord, j'ai énormément apprécié le personnage de Tessa. Au début j'ai pourtant eu beaucoup de réserves à son égard et avant qu'elle se lance dans sa mission j'étais même septique sur l'intérêt de son personnage. En effet la jeune femme est en boucle sur les sentiments, vraisemblablement non partagés, qu'elle éprouve pour son meilleur ami Alec et cela peut devenir vite soûlant. D'autant plus que Alec n'est pas le personnage le plus charismatique ou même relativement intéressant de l'univers. Néanmoins alors qu'elle se glisse dans le peau de Madison, et que l'intrigue du roman se lance donc, on ne fait vraiment plus qu'un avec elle et ses émotions. On ne peut qu'être touché par l'émotion manifeste et dévorante que lui cause cette opportunité de toucher à ce dont elle a toujours aspiré : une vie normale dans une famille aimante. Il devient rapidement compliqué pour elle de gérer les sentiments que cette imposture lui évoquent. Bien que ce soit elle qui interagit avec la famille, elle n'est pas réellement le destinataire de leur affection. Pour eux elle n'est pas Tessa mais seulement Madison, leur fille/sœur miraculée.

J'ai également beaucoup aimé certains, voir la plupart, des personnages secondaires avec une mention particulièrement pour Devon, le frère jumeau de Madison. Globalement c'est le personnage, en dehors de Tessa bien sûr, qui m'a semblé le plus développé et j'ai trouvé assez sympathique de l'appréhender dans cette configuration assez particulière de Tessa-qui-se-fait-passer-pour-sa-sœur. Cela permet de le découvrir d'une manière assez entière et sans concession qu'on a peut-être pas avec les autres personnages qui restent distants ou connaissent Tessa en tant qu'elle-même. En effet l'ensemble des autres protagoniste se fait assez discret et on reste plus intrigué qu'autre chose envers ces derniers puisqu'on a pas vraiment l'occasion de s'attacher à eux, qu'il s'agisse de son amie Holly restée dans les locaux de la CAE ou de Phil un adolescent assez particulier de l'école de Madison. Ce sont des personnages qui auraient vraiment mérité d'être plus présents et développés car on sent réellement que le potentiel est là. Et au final pour ma part le seul personnage avec lequel ce n'est pas du tout, mais alors PAS DU TOUT, passé c'est Alec le soi-disant meilleur ami de l’héroïne précédemment évoqué. Tout d'abord le personnage est d'un fade impressionnant mais en plus son côté "je sais tout et ça me rend mystérieux" tombe à l'eau et donne plus envie de lui filer des coups de fougère qu'autre chose. On ne comprend vraiment pas comment Tessa peut avoir des sentiments si fort pour un mec aussi imbuvable et la façon dont elle le laisse jouer au yoyo avec elle est vraiment insupportable. Pour quelqu'un qui est censé être un agent fédéral il se comporte vraiment comme un gamin tête à claque qui ne sait vraiment pas ce qu'il veut.

Bien sur si l'ensemble des personnages tient bien la route, c'est surtout l'intrigue bien développée qui rend Imposteur si attractif. En effet le concept même des variants est plutôt original, bien qu'il rappelle X-Men (ce qui est loin d'être un défaut pour moi puisque j'adore ces comics), et l'idée de cette organisation fédérale et de ces buts est très intéressante puisqu'elle promet de bons rebondissements dans les tomes suivants. On se prend très rapidement au jeu et lorsque le mystère autour des meurtres se met en place cela finit totalement de nous convaincre. Moi qui adore les romans Young Adult avec un côté thriller je me suis régalée et, surtout, Suzanne Winnacker fait un remarquable job pour nous faire constamment douter. L'identité du meurtrier est un mystère qui ne manque pas de nous passionner tout au long de notre lecture et on ne sait jamais sur quel pied danser puisque à chaque fois qu'on pense avoir identifié LE suspect l'auteure se joue de nous et fait s'effondrer toutes nos certitudes. Pour ma part j'ai passé une excellente lecture et si les autres tomes promettent des mystères aussi prenants je sens que je vais les dévorer en moins de deux ;)

Du coup, après toutes ces éloges, vous vous demanderez certainement pourquoi Imposteur n'a pas été un coup de cœur et pourquoi je lui ai "seulement" mis un 5/5... Eh bien je dois dire que si j'ai été séduite par l'ensemble du roman, j'ai trouvé que l'on restait globalement un peu trop en surface. L'univers aurait gagné a être encore plus approfondi, les personnages secondaires plus étoffés, et le roman plus long et complexe. Je pense sincèrement que Suzanne Winnacker avait toutes les cartes en main pour que ce soit le cas et c'est donc dommage qu'elle n'ait pas choisi de les exploiter.

Imposteur fut donc une jolie découverte qui ne donne qu'une envie : continuer sa lecture avec les tomes suivants. L'idée de la Cellule des aptitudes extraordinaires est bien développée, l’héroïne attachante, les personnages secondaires prometteurs, et le mystère passionnant. Un roman qui se dévore en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire !

lundi 20 octobre 2014

C'est Lundi, que lisez-vous ? #81

Rendez-vous qui consiste à faire le point chaque Lundi sur ses lectures de la semaine passée, ses lectures présentes et ses lectures pour le reste de la semaine. Les liens sont compilés sur le blog de Galleane chaque semaine. 

Une petite semaine... mais Jeu Mortel à Echo Bay faisait quand même plus de 500 pages.
L'école des Mauvais Méchants : Je me suis ennuyée tout au long du roman et je regrette vraiment de m'y être lancée. Je l'ai terminé car il est plutôt court mais n'y ai trouvé absolument aucun intérêt. Quand je vois tous les avis positifs j'ai l'impression de ne pas avoir lu le même roman...
Jeu Mortel à Echo Bay : J'ai adoré. Malgré que le roman soit très long je n'ai vraiment pas vu le temps passer et j'étais à fond dans l'histoire dès le début. Décidément j'apprécie beaucoup les romans de ce genre :) 

Je suis à la moitié de Pawn et si ce n'est pas la folie j'apprécie quand même pas mal. Cela se lit avec plaisir et comme c'est un premier tome j'attend encore qu'on entre vraiment dans l'intrigue pure.

Puisque je suis en retard sur mon prévisionnel du mois il est temps de mettre le turbo. Je vais donc essayer de lire Oniria, Illusions of Fate, et Le Pays des Contes #3.

Rappel des articles postés : 
[Chronique] Boys Out !
[Chronique Film] One For the Money
[Challenge] God save the book

Articles à venir : 
Chroniques Livres : Don't Look Back & Burn for Burn & La Danse des Ombres & Sweet Filthy Boy & Imposteur & Jeu Mortel à Echo Bay


Blabla perso : 
Samedi mon amie Lysiane et moi nous sommes rendues au salon du livre de Morières-lès-Avignons dans le Vaucluse. Contrairement à l'an dernier il n'y avait aucun auteur des éditions Rebelles donc nous nous sommes totalement vengées sur le stand du Chat Noir qui était encore une fois au rendez-vous. On a passé plus d'une heure à y papoter avec les auteurs et c'était vraiment sympa de pouvoir échanger directement avec eux. On a peut-être pas moins d'auteurs qui viennent, contrairement à Paris où y'a toujours un peu tout le monde, mais au moins ça ne se fait pas à la chaîne. Donc merci aux éditions du Chat Noir et à leurs auteurs pour leur gentillesse et disponibilité !
Le soir venu la journée s'est continué puisqu'on s'est rendues au cinéma voir Le Labyrinthe. Gros succès pour le film dans notre petit cinéma puisque la salle était quasiment pleine. J'ai énormément apprécié cette adaptation en tout cas et j'en reparlerais certainement dans une chronique ciné. En tout cas j'ai hâte de voir le deux maintenant ! (Et je suis toujours un peu amoureuse de Dylan O'Brien mais ça c'est pas nouveau ;) )

Où me trouver :