Dernières Chroniques

                 

mardi 28 mai 2013

The Sweet Trilogy - Tome 1 : Sweet Evil

(lu en vo)
Éditeur Français : Aucun.
Embrace the Forbidden

What if there were teens whose lives literally depended on being bad influences?

This is the reality for sons and daughters of fallen angels.
Tenderhearted Southern girl Anna Whitt was born with the sixth sense to see and feel emotions of other people. She's aware of a struggle within herself, an inexplicable pull toward danger, but it isn't until she turns sixteen and meets the alluring Kaidan Rowe that she discovers her terrifying heritage and her willpower is put to the test. He's the boy your daddy warned you about. If only someone had warned Anna.

Forced to face her destiny, will Anna embrace her halo or her horns?

Mon avis :

I felt you come alive when we kissed, and I know you’re afraid of that. Afraid to unleash that other side of yourself.

Dans ce genre de livres (paranormal YA), il y a beaucoup de choses qui peuvent très vite mal tourner et rendre la lecture insupportable. Une des choses qui passe toujours le plus vite du côté obscur de la force, c'est les personnages. Cependant dans Sweet Evil, on évite le côté obscur de la force (et de la catastrophe  surtout) non seulement avec les personnages principaux, mais également les secondaires. Et ça, c'est un petit miracle !
Hebergeur d'image

L’héroïne, Anna, est très attachante malgré qu'elle soit un peu décalée et singulière. Elle a grandi en voyant et sentant les émotions des personnes autour d'elle, ce qui bien sûr a considérablement joué sur ses relations avec les autres. Il est donc très agréable de voir les choses par son point de vue, malgré que parfois elle soit un peu naïve et que ça puisse donc être frustrant pour nous autres lecteurs. Cependant Anna est loin d'être cruche et surtout elle n'est pas une de ces héroïnes qui passe son temps à se plaindre que tous les malheurs du monde lui tombe dessus etc... Non Anna, elle, prend les choses en mains et n'hésite pas à affronter les obstacles qui sont placés sur son chemin. Est-ce qu'elle a peur ? Oui. Est-ce qu'elle fait des erreurs et des mauvais choix ? Oh que oui ! Cependant elle comprend très rapidement qu'elle ne pourra rien faire contre sa destinée et qu'il faut bien qu'elle continue à avancer malgré tout. En tout cas c'est vraiment une héroïne que j'ai beaucoup appréciée et qui d'ailleurs contre-balance bien le duo fortuit qu'elle forme avec Kaidan, notre protagoniste masculin. Et on va pas se mentir à propos de Kaidan....
Hebergeur d'image
Il est tout simplement hyper craquant et tout ce que j'aime chez un héros de YA. Ténébreux, bad boy avec un bon fond, déterminé, avec ses défauts et ses problèmes. Il sait également se faire une place dans l'histoire sans pour autant être omniprésent. Car comme je l'ai dit précédemment, les personnes secondaires occupent également un très bonne place dans le roman et ne sont pas là juste pour servir les dessins de l’héroïne avant d’obscurément disparaître. 

Le problème avec les YA c'est souvent que les meilleurs amis d'avant la découverte du surnaturel disparaissent sans explications ou acceptent les choses de manière déroutante (allez dire à votre meilleur pote que vous voyez un loup-garou ou que vous êtes une sorcière, on verra comment il va le prendre !), et les parents brillent quasiment systématiquement par leur absence et/ou leur candeur (voir stupidité). Ici, la mère adoptive d'Anna est bien consciente des particularités de la jeune femme et est prête à tout pour l'aider dans son évolution. Elle accepte que cette dernière ne sera plus jamais une adolescente comme les autres, si elle en a jamais été une, et essaie de s'impliquer dans ce monde au mieux de ses moyens. Le meilleur ami d'Anna quand à lui, reste plus en retrait du côté surnaturel puisqu'il n'est au courant de rien, mais apporte tout son soutien à la jeune femme en ce qui concerne Kaidan. L'auteur évite d'ailleurs un des plus gros piège du genre car il n'y a ici aucun sentiment amoureux entre les deux amis et on esquive donc l'insupportable triangle amoureux totalement inutile. J'ai également beaucoup apprécié Blake, les jumelles, et Kopano, les autres Nephilims qu'on découvre dans l'histoire et qui lient tous des liens plus ou moins forts et différents avec Anna. Toujours est-il d'ailleurs que je n'ai vu aucun triangle amoureux viable pointer son nez de ce côté-là non plus, pour la simple et bonne raison qu'il est clair comme de l'eau de roche que rien n'égalera les sentiments qu'éprouvent l'un pour l'autre Anna et Kaidan (même si ce dernier joue à l'imbécile sur ce point).
Hebergeur d'image

Pourtant le plus gros point fort de ce livre n'est pas les personnages (même si on pourrait croire vu le speech que je viens de vous faire), mais bel et bien la partie surnaturelle. Wendy Higgins nous propose avec Sweet Evil une façon inédite, à ma connaissance, de présenter la mythologie Ange/Démon. En effet l'invention principale du roman ce sont les Dukes, seuls démons autorisé à vivre sur Terre en prenant possession d'un corps humain et ayant chacun une spécialité. Certains exercent tous simplement les 7 péchés capitaux : le Duke de la luxure, le Duke de la flemmardise et gourmandise, le Duke de l'envie etc... Et d'autres Dukes ont des spécialités plus particulières : Duke de l'abus de substances, Duke du meurtre etc... Bref chaque Duke a un certain pêché qui lui est attribué et il donc est chargé de le répandre auprès des humains (et attention, Lucifer a beau être enfermé, il lui faut quand même des rapports annuels !). Les Nephilims sont quant à eux les enfants d'un Duke et d'une humaine et n'ont pas d'autre choix que de dévouer leur vie au travail de leur paternel. Kaidan, les jumelles, Kopano, Blake, et même Anna, sont donc chacun sensé rependre le péché de leur père respectif autour d'eux sans n'avoir aucun libre arbitre. Je ne m'étalerais pas sur le sujet pour ne pas vous spoiler, mais j'ai trouvé ce procédé des Dukes et Néphilims à la fois intéressant et original. A mon sens ça apporte surtout un vrai plus à ce roman pour se démarquer des dizaines d'autres traitent d'un sujet de base similaire.

Pour conclure j'ajouterais simplement que le style d'écriture de Wendy Higgins est très fluide et agréable à lire. L'auteur sait réellement nous embarquer avec ses personnages dans cette histoire et c'est très dur de reposer cette lecture avant de l'avoir terminée. Mon seul petit reproche, qui a d'ailleurs fait que cette lecture est passée tout prêt du coup de cœur, c'est qu'il n'y a pas de gros moments de surprise. Pas de cliffhanger ou de moments cruciaux qui nous foutent des sueurs froides dans le dos et nous laissent le souffle coupé...
Hebergeur d'image
En fait je crois que j'aime être traumatisée par mes livres et que celui-là n'a pas été assez fort sur ce point.

Sweet Evil reste tout de même une vraie bonne surprise et j'ai maintenant très hâte de lire le second tome. Entre les personnages, le style d'écriture de l'auteur, et l'originalité de son intrigue, c'est un premier tome qui a décidément tout pour plaire ! Et si j'étais assez septique avant de commencer cette lecture, je ne regrette maintenant pas une seule seconde d'avoir dépassé tout ça et de m'être lancée !
Hebergeur d'image

Note : ★★★★

4 commentaires:

  1. Bon.
    Bon bon bon bon.
    Je vais devoir m'y mettre sérieusement.

    RépondreSupprimer
  2. Il me fait envie depuis un moment celui-là ! Faut que je le lise maintenant ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui \o/ J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi si tu te décides à le lire ^^

      Supprimer

Pensez à valider le captcha pour que votre commentaire soit pris en compte ❤️