Dernières Chroniques

                 

vendredi 2 janvier 2015

After - Tome 1

(lu en VO)
Éditeur Français : Hugo Romans, Collection New Romance. Sortie le 2 Janvier 2015.

Tessa est une fille ambitieuse, volontaire et réservée, qui aime à penser qu’elle contrôle sa vie. Son petit ami Noah est le gendre idéal : celui que sa mère adore, celui qui ne fera pas de vagues. Au moment d’entrer à la fac, son avenir semble tout tracé : de belles études, un bon job à la clé, un mariage heureux… Mais ça, c’était avant qu’un mec étrange la bouscule dans le dortoir.

Ce mec étrange, c’est Hardin, le bad boy sexy de la fac : cheveux ébourrifés, tatouages apparents, lèvre et sourcil piercés et « ce p… d’accent anglais ! ». Il est grossier, provocateur et cruel, bref il est la personne la plus détestable que Tessa ait jamais croisée. Et pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd littéralement tout contrôle et ne peut s’empêcher de l’embrasser. Un baiser qui va tout bouleverser. Cet homme ingérable au caractère sombre fait naître en elle une passion incontrôlable. Une passion qui, contre toute attente, semble réciproque, à moins qu’Hardin soit le plus grand des menteurs…

Pour ceux qui ne le sauraient peut-être pas, et pour une fois ce n'est pas une info secrète puisque l'auteure l'assume totalement, à la base After est une fanfiction. Comme Cinquante Nuances de Grey, Beautiful Bastard, Le Divin Enfer de Gabriel, et bien d'autres encore, le récit a vu le jour sur internet sous une forme différente. Néanmoins, là où tout les cités précédemment sont basés sur Twilight, ce n'est pas le cas d'After. On ne peut même pas dire que After soit basé sur une oeuvre à proprement parlé puisque originalement, et j'espère que vous êtes bien assis, c'est une fanfiction One Direction.

Pour les moins jeunes d'entre nous qui ne savent ce qu'est One Direction, c'est un boyband un peu comme Take That (sans Robbie Williams) ou N-Sync (sans Justin Timberlake). Bref on comprendra donc assez facilement que ce n'est pas le genre d'information qui fait tourner la tête de bonheur. Je dis pas ça méchamment hein, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dis, mais quand je vois les One Direction j'ai plutôt envie 1. de mettre des bouchons d'oreille au cas où y'ai des groupies dans le coin, et 2. de leur apporter des briquettes de jus d'orange et des pepitos pour le goûter (ah on me dit dans l'oreillette qu'ils n'ont pas douze ans et sont tous majeurs... my bad). Bref pour arrêter de dire des âneries et être deux minutes sérieuse je pense à tout sauf à faire des choses impardonnables avec eux, qu'on se le dise. Néanmoins j'ai décidé de quand même tester pour vous After qui s'annonce comme un des plus gros titres de la rentrée 2015... et vu que je m'attendais au pire je peux dire que j'ai été agréablement surprise. Ça peut avoir l'air dur à croire, et pourtant c'est vrai.

Dans After on fait la connaissance de Tessa, une fille modèle et bien sous tout rapport, qui quitte le domicile familial pour effectuer sa première année d'université. Cette dernière a des rapports assez compliqués avec sa mère qui l'élève seule depuis le départ de son père alcoolique, et on peut pas dire que c'est le genre de mère qu'on aimerait avoir. Bien qu'elle ait tout fait pour que la jeune femme puisse mettre toutes les chances de son côté dans la vie, elle l'a surtout étouffée en tentant de la façonner à son image. Tessa doit être bien sous tout rapport à toute heure du jour et de la nuit et a été presque conditionnée à former le couple parfait avec Noah, un voisin de la famille aussi parfait et fade qu'elle. Le fait est qu'en arrivant à l'université, toute innocente et prude qu'elle est, Tessa va enfin avoir l'opportunité d'ouvrir ses horizons et de se découvrir en tant qu'être humain. Et l'opportunité va plus que lui tomber dessus grâce à sa camarade de chambre et ses amis qui sont à l'opposé total de ce qu'elle connait. Piercings, tatouages, couleurs de cheveux et tenues excentriques, c'est quasiment le choc des cultures pour la jeune fille de bonne famille toute propre sur elle qu'elle est. Mais c'est l'attirance évidente entre elle et Hardin, le pire individu de cette bande, qui va la sortir radicalement de sa zone de confort...

Et pour être franche, je dois dire que le personnage de Tessa m'a laissé un sentiment assez mitigé. D'un côté je l'ai trouvée assez touchante, notamment lorsqu'on voit comment est sa mère et qu'on imagine ce qu'a du être de grandir avec elle. C'est toujours assez compliqué pour un jeune adulte de se construire lorsqu'un parent a usé de son autorité au point de le façonner à son image sans lui laisser l'occasion de développer sa propre personnalité. On se rend rapidement compte en lisant After que Tessa ne se connait pas elle-même et c'est donc plutôt intéressant de la voir amorcer cette découverte. J'ai également apprécié de voir que malgré son éducation fort moralisatrice la jeune femme reste assez bienveillante et laisse assez volontiers une chance à sa colloc Steph. Malgré les a priori que les deux jeunes femmes peuvent avoir l'une envers l'autre il y a assez vite une belle notion acceptation qui se créée entre elles. Ça c'est pour le positif. Parce que d'un autre côté, il faut quand même avouer qu'avec ce manque de connaissance d'elle-même vient un côté extrêmement naïf et passif qui peut taper sur les nerfs sur le long terme. Et surtout en ce qui concerne sa relation tumultueuse avec Hardin.

Parce que force est de constater que là où Tessa est naïve et inexpérimentée, Hardin est passé maître dans l'art de la manipulation. Le jeune homme a une personnalité forte, voir agressive, et forcément cela ne peut que créer de étincelles. Bien sûr Hardin n'est pas bien différent de tous les love interest du genre, sa bravade extérieure cache bien des failles et des insécurités et cela a pour conséquence de nous le rendre presque schizophrène. Le jeune homme passe du Hardin cruel au Hardin sensible et prévenant en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire et cela a de quoi laisser notre héroïne, et nous-même en tant que lecteur, perdue. Et perdue on peut dire qu'elle l'est Tessa ! Elle a réellement du mal à concilier les deux facettes que propose le jeune homme, rien d'étonnant quand on se rappelle l'environnement dans lequel elle a grandie, et a donc tendance à le laisser le trimbaler dans tous les sens. Et ça aussi ça peut être pénible à force.

La relation entre les deux jeunes gens fait sans cesse un pas en avant et deux pas en arrière, on peut d'ailleurs dire que c'est la seule constante du récit. Tessa et Hardin se rapprochent, à la moindre contrariété/intervention extérieure Hardin bascule en mode salaud, tout vole en éclats à cause de son attitude, puis il se décide finalement à revenir ramper un peu et ça repart pour un tour ! On va pas se mentir au bout de la deuxième fois on envie de secouer Tessa pour qu'elle réagisse un peu et nous sorte de ce cercle vicieux. Cercle vicieux qui se répète encore et encore et encore et encore... Cette relation est tout sauf saine et même si au contact d'Hardin Tessa apprend à s'émanciper, il n'en est pas moins toxique pour elle. Je pense d'ailleurs que ce qui permet au récit de ne pas basculer dans l'inquiétant c'est que malgré tout la jeune femme reste assez consciente du toxique de cette relation. On voit bien qu'en un sens elle s'en enivre afin de rattraper les années perdues à jouer au parfait petit soldat pour le compte de sa mère, et je pense que dans les tomes suivants il risque d'y avoir une évolution dans sa façon de gérer les soubresauts de cette romance. Du moins je l'espère car sinon on risque de tomber dans une relation abusive pure et simple (et quand je vois que y'a encore trois autres tomes à venir, je m'inquiète un peu).

Concernant le style d'écriture d'Anna Todd je dois dire que j'ai encore une fois été assez surprise. Le roman a beau être conséquent (quasiment 600 pages pour le paperback VO), on ne voit pas réellement le temps passer. Pourtant, et je l'ai évoqué, il y a un côté vraiment répétitif lourd à la relation entre les deux héros, mais cela n'a pas vraiment d'incidence sur la simplicité du récit. On a beau lever les yeux au ciel des centaines de fois, on continue à tourner les pages avec beaucoup de facilité et fluidité. Anna Todd a su réellement insuffler quelque chose d'addictif à son histoire, impossible de mettre le doigt sur quoi, mais c'est bel et bien présent et d'une efficacité sans précédent.

Néanmoins j'vais passer un petit coup de gueule sur le travail d'adaptation de la fanfiction à un texte "normal"... L'auteure aurait réellement du faire un effort sur les descriptions des personnages. Parce que déjà que le mec quand tu sais qu'il est basé sur Harry Styles ça peut être compliqué, mais si en plus on glisse des détails pour te le rappeler ça aide pas. Alors oui je trouve que c'est plutôt classe de la part de Anna Todd de ne pas renier d'où vient son histoire de base, là où beaucoup des auteurs ayants édité leurs fanfictions Twilight veulent le faire oublier, mais une simple recherche google image vous informera assez sur Harry Styles pour que vous voyez des similitudes plus qu'évidentes avec Hardin. Et ça je dois dire que ça m'a un peu gênée, c'est marrant quand c'est sur Tumblr pour plaisanter entre fans mais après bof. Je suis pas ultra fan de l'idée d'associer un héros de romance à une personne réelle, ça a quand même un côté malsain qui met assez mal à l'aise.

Globalement After fut quand même une bonne surprise. Le postulat de départ me rebutait totalement et pourtant j'ai lu le roman avec beaucoup de facilité grâce à son caractère assez addictif. Les personnages ont su m'intriguer, à défaut de vraiment me séduire, et la relation dysfonctionnelle entre les deux héros m'a laissée curieuse d'en connaitre la suite. Après on va pas dire que After est le meilleur New Adult du monde, ou même proche de cette catégorie, mais il a le mérite d'être efficace et de dépasser les espérances qu'on pense être en droit d'avoir quand on connait son historique. J'vais pas me rouler par terre pour lire la suite mais c'est sûr et certain que je la lirais !

Note : ★★★★☆

NB : Je ne chroniquerais pas les tomes suivants car ils se construisent tous sur le même schéma, ce qui est on va se l'avouer assez répétitif. Néanmoins high five à l'auteure pour le dernier tome où pour une fois les personnages ne règlent pas d'un coup de baguette magique sur une licorne arc-en-ciel les problèmes de leur relation toxique. Je suivrais avec intérêt ce qu'elle sortira hors de cette saga par la suite.

16 commentaires:

  1. Comme toi je ne comptais pas lire ce livre mais j'ai vu ce matin que l'auteur était en dédicace dans ma librairie prochainement donc je vais tenter et j'espère être autant surprise que toi :)
    Bonne critique comme d'habitude sinon !!
    Et bonne année au passage ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as raison d'en profiter si l'auteure est en dédicace près de chez toi :)
      Bonne année à toi aussi !

      Supprimer
  2. Ce livre a l'air bien, les chroniques que je lis pour l'instant sont assez positives en plus :)
    Haha merci pour l'anecdote sur la fanfiction !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais pas si je le recommanderais en fait, mais si tu as l'occasion de le lire pourquoi pas. C'est addictif donc on passe un bon moment :)
      Et de rien ^^

      Supprimer
  3. Bon entre nous j'ai horreur des one directions, ces minets...mais ce roman m'intrigue et je vais le lire prochainement ( et non je ne pensais pas à Harry Styles)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entre nous je suis loin d'être fan également, quand je les vois gagner des prix face à des groupes comme Coldplay j'ai envie de crever x)

      Supprimer
  4. "Bref pour résumer je pense à tout sauf à faire des choses impardonnables avec eux, qu'on se le dise. " Tu me tue !!!!!!
    " il faut quand même avouer qu'avec ce manque de connaissance d'elle-même vient un côté extrêmement naïf et passif qui peut taper sur les nerfs sur le long terme." > Amen !!

    Je crois que son côté malléable de l'héroïne qui se laisse trimbaler, peut me rendre hystérique :/

    C'est terrible cette mode des relations abusives dans la romance quand même... il se passe quoi en ce moment ! Du coup, c'est sur, j'attendrais la sortie de la suite pour le tenter, hors de question que je me lance dans un roman où il y a un petit risque de relation bancale :/

    Oh, une nouvelle expression : love interest, ça faisait lgtps que je ne t'ai plus demandé une définition :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprend pas pourquoi on lit tant de relations du genre en ce moment, c'est quand même relativement inquiétant :/ Surtout que la plupart du temps on nous présente ça comme une relation tout ce qu'il y a de plus banal et franchement, pour toutes les personnes qui souffre/ont souffert de relations toxiques comme ça, c'est limite insultant.

      Ah j'avais jamais utilisé love interest dans une chronique encore ? Je pensais l'avoir déjà fait parce que je n'arrive pas à trouver de traduction correcte. J'essaie au plus de pas utiliser trop de termes VO mais y'en a vraiment qui sont pas traduisibles.

      Supprimer
  5. Il me faut absolument ce roman!! :D

    RépondreSupprimer
  6. J'avais entendu parlé de ce bouquin, et je me tâte encore pour le lire... Parce que faut dire que depuis 50 shades et Crossfire et tant d'autres (oui je sais, pas vraiment le même style), j'en ai un peu ras la casquette de ces mecs possessifs, dominateurs, manipalateurs et schizophrènes mais que "oui faut les comprendre ils ont eu une enfance douloureuse". C'est devenu le héros type de beaucoup de roman, et ça me court sur le haricot!! :(
    Donc je ne sais toujours pas si je vais le lire, mais ta chronique aura eu le mérite de me faire marrer un bon coup! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui ils sont partout ! Le pire c'est que la plupart du temps l'auteur nous présente leurs troubles psychiatriques comme normaux ou "pas si grave" et tente de nous faire croire que c'est romantique... Alors que franchement les Christian Grey et confrères devraient vraiment faire un long séjour en hôpital psychiatrique histoire de se remettre un peu d'aplomb.
      Si tu le lis, tu verras ça se lit super vite. On a un peu la même relation avec le bouquin que l’héroïne a avec Hardin, on sait que c'est malsain mais on peut pas s'empêcher d'y aller (c'est pareil avec le tome deux).

      Supprimer
  7. Ton avis me rassure parce que ce livre me tente beaucoup et j'avais un peu peur d'être déçue. Du coup, je pense me lancer prochainement ! Merci pour ta critique sincère ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense pas qu'il faut trop en attendre non plus. Personnellement je m'attendais à ce que ce soit très mauvais, c'est principalement pour cela que j'ai été agréablement surprise ^^

      Supprimer
  8. J'ai beaucoup aimé ta critique :) Tout comme toi, un personnage masculin s'inspirant d'un membre des One Direction ça ne m'attire pas vraiment ( pas du tout à vrai dire) mais le côté "addictif" du roman est une très bonne chose alors j'essayerai sans doute de le lire dans les mois à venir.

    RépondreSupprimer
  9. j'ai beaucoup aimé! Impossible de comparer avec les 1D que je ne connais que de nom, donc ça ne m'a pas gênée à la lecture :)

    RépondreSupprimer

❤️