mercredi 8 juillet 2015

Les Impliqués

Titre original : Teodor Szacki #1 - Uwiklanie
Éditeur français : Mirobole Editions (Grand Format), Pocket (Format Poche)

Varsovie, 2005. Sous la houlette du docteur Rudzki, quatre patients ont investi l'ancien monastère de la Vierge Marie de Czestochowa. Entre huis clos et jeux de rôles, cette nouvelle méthode de thérapie de groupe, dite « Constellation familiale », ne manque pas d'intensité. Au point qu'un matin, l'un d'entre eux est retrouvé mort au réfectoire, une broche à rôtir plantée dans l’œil...
Pour le procureur Teodore Szacki, l'expérience est allée trop loin. À moins qu'elle n'ait réveillé un passé enfoui, que la Pologne se tue à essayer d'étouffer...

Ce qui m'a de prime abord attirée dans ce roman c'est le concept de thérapie qui tourne mal et de "Constellation familiale" qui est évoqué dans le résumé. En effet je suis beaucoup plus facilement prise au piège du récit dans un thriller psychologique que dans tout ce qui est plutôt gore et me laisse vraiment de marbre. Autant vous dire que les prémices des Impliqués avaient donc tout ce qu'il a de plus prometteur. Rien que l'idée de cette thérapie de la constellation familiale fait vite froid dans le dos et propose de vraies possibilités pour jouer avec la psychologie des divers personnages. Ainsi tout l'aspect psychologique du roman m'a énormément plu, de même que la découverte de la culture polonaise. C'était la première fois que je lisais un roman se déroulant dans ce pays et ce fut donc très agréable que de découvrir son atmosphère et sa politique. 

Néanmoins je dois dire que malgré ses promesses de départ, Les Impliqués a parfois peiné à me convaincre sur la longueur. Car le moins que l'on puisse dire c'est que le roman n'en manque pas de longueurs justement ! Certains passages rendent la lecture plutôt laborieuse et si l'on rajoute à ça les nombreux éléments a assimiler au cours de la lecture ce n'est pas forcément du plus bel effet. Bien sur c'était tout à fait nécessaire de la part de l'auteur que d'expliquer l'atmosphère politico-sociale de la Pologne ou encore les nuances de la psychologie, mais il ne faut pas se voiler la face, cela fait beaucoup d'éléments qui compliquent plus les choses qu'autre chose. Le rendu est finalement un peu trop brumeux pour que cela nous permette de nuancer et avancer dans le résonnement autour de l'affaire ce qui est dommage. On a donc pas tant que ça l'opportunité de jouer à l'apprenti détective au côté du héros, ce qui toujours agréable d'avoir l'occasion de faire à le lecture d'un thriller, et j'ai trouvé ça assez dommage. 

Finalement c'est surtout le protagoniste principal, Teodor Szacki, qui m'a permis de me plonger dans cette lecture et de passer globalement un bon moment. Héros imparfait, ce jeune procureur n'est pas loin de la crise de la quarantaine et s'ennuie dans ses vies professionnelle et personnelle. Son mariage est rongé par la routine depuis la naissance de sa fille de six ans Hela et son travail de procureur ne lui emmène pas plus de satisfaction. Il se laisse donc complètement obséder par cette affaire de meurtre, bien décidé à trouver un semblant de satisfaction en la résolvant, alors même que la route de l'adultère pour soulager son mariage devenu de convenance le tente de plus en plus. Ses failles sont donc nombreuses et pourtant j'ai énormément apprécié faire tout ce chemin à son côté. Si je suis loin de m'être sentie en osmose avec lui et ses choix, j'ai pourtant réussi à bien comprendre ses raisonnements et ses dilemmes ce qui le rend forcément plutôt sympathique. Sachant que ce roman n'est que le premier d'une série qui le met en vedette, c'est un vrai plus que de se sentir impliqué dans ses péripéties personnelles. 

Ainsi si l'idée de base des Impliqués ma tout de suite séduite, je fus un peu déroutée par la manière laborieuse dont elle fut développée. Reste que cette excursion dans la Pologne de 2005 a su m'intriguer et que le personnage de Szacki m'a bien assez plu pour que je sois curieuse de lire la suite des ses aventures avec une autre affaire dans Un fond de vérité. Mon ressenti en demi-teinte penche donc tout de même un peu plus vers le positif qu'autre chose et ça c'est déjà pas mal !

Note : ★★★☆☆ (3.5)

Merci à Babelio pour l'envoi de ce roman via leur masse critique.

8 commentaires:

  1. Dommage qu'il y ait des longueurs. ça peut vraiment tuer une lecture. Je suis assez intriguer par ce roman quand même. Merci pour la découverte. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça peut gâcher un livre. Après j'ai lu celui-ci dans une période où j'étais un peu en "panne de lecture" donc il est possible qu'en temps normal les longueurs m'auraient moins gênées.

      Supprimer
  2. Et si jamais tu lis "Un fond de vérité" avec le même protagoniste, tu verras que c'est pareil, un peu complexe ! Mais peut-être qu'avoir lu le premier t'aidera. =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ça pourra aider d'avoir lu le premier en effet, ça démêlera peut-être certains passages laborieux :)

      Supprimer
  3. J'aimerais bien le lire pour me faire ma propre idée ^^

    RépondreSupprimer