Dernières Chroniques

                 

jeudi 10 septembre 2015

Descendants - L’île de l'oubli

Titre original : Descendants #1 - The Isle of the Lost
Éditeur français : Hachette. 304 pages - 15€90

Il y a vingt ans, tous les Méchants de tous les contes de fée ont été bannis du royaume d’Auradon et réduits à vivre dans une prison sur une île. Et quand on parle de Méchants, c’est vraiment de la crème de la crème de la méchanceté : Cruella d’Enfer, Maléfique, la Méchante Reine, Jafar et compagnie… Cette île est protégée par une force magique qui maintient les prisonniers et leurs enfants en captivité. La vie y est sinistre et monotone. C’est un endroit sale, qu’on laisse pourrir, oublié du reste du monde… Cependant, dans les profondeurs de la mystérieuse Forteresse Interdite, un œil de Dragon est caché. Il est la clé de leur liberté. Or, seul le Descendant le plus intelligent, le plus mauvais et le plus diabolique pourra le trouver… à moins qu’il s’agisse d’une Descendante ?

L’île de l'oubli c'est cet endroit où les méchants des Disney ont été exilés suite à leurs très nombreux méfaits. Alors que les princesses, et autres héros de contes, coulent des jours heureux avec leur progéniture à Auradon, les méchants sont enfermés sur une île recouverte d'un dôme anti-magie. Au revoir pouvoirs maléfiques, et bonjour triste existences de reclus !

Le postulat de départ de ce roman est donc franchement bien trouvé. C'est un vrai régal que de retrouver tout ces affreux personnages qui nous ont terrorisés, ou fait rire, durant notre enfance alors qu'ils sont privés de leurs artifices. Cruella radote en boucle sur ses magnifiques fourrures, la Méchante Reine se tartine de crèmes dans l'espoir de retrouver sa beauté, et Jafar n'est plus que le "Prince des pyjamas". Le fait que le magie soit bannie de cette île, alors que tous les Disney en sont emplis, offre également un décalage assez intéressant à observer. 

Nos quatre Descendants principaux sont également plutôt sympathique à suivre. Il y a tout d'abord Mal, fille de Maléfique, qui surfe sur le règne de terreur non-interrompu de sa mère et excelle à la Dragonne, le lycée de l'île qui forme ces futures teignes. Il y aussi Jay, le fils de Jafar, roi du chapardage et qui est ce qui se rapproche le plus d'un ami pour Mal. Puis Carlos, petit génie de l'électronique dans lequel il voit une forme de magie, et progéniture de la tyrannique Cruella. Et finalement Evie, fille de la Méchante Reine, qui aimerait bien être autre chose que la "jolie petite idiote" que sa mère rêve de voir en elle. Bref c'est un vrai quatuor de choc, aux degrés de diabolisme aussi différents que leurs caractères et leurs éducations, qu'on prend un grand plaisir à suivre dans cette quête de l’œil de Dragon, le sceptre perdu de Maléfique qui pourrait rendre son éclat perdu aux Méchants de cette île.

Et bien qu'on soit très focalisés sur les Méchants de l'île et leurs enfants, on a également droit à quelques interludes en compagnie du Prince Ben, futur monarque d'Auradon où vivent les "bons" personnages Disney. J'ai trouvé cela plutôt pas mal car, après tout, on se demande bien comment ces derniers vivent alors qu'ils sont débarrassés de ceux qui s'appliquaient à leur rendre la vie impossible depuis la nuit des temps. Ainsi en lisant ces quelques chapitres disséminés au travers du récit on se rend compte qu'ils ont aussi leurs petits problèmes à leur échelle et d'ailleurs cela emmène en fin de roman un petit cliffhanger vers le téléfilm assez intéressant. 

Après il faut tout de même garder à l'esprit que ce roman est un roman jeunesse, ce n'est pas un Young Adult mais bien un "Middle Grade", c'est à dire un récit qui s'adresse aux enfants à partir de 10 ans (c'est bête à dire mais j'ai lu énormément de chroniques qui se plaignaient que ce soit "jeunesse" alors que c'est justement le but du roman ^^'). Ne vous attendez donc pas à quelque chose de très sombre, l'ambiance reste somme toute bon enfant tout au long du récit et on peut gager que ce sera la même chose avec le téléfilm. Dans tous les cas le style est super fluide, ça se lit vraiment tout seul, et personnellement j'ai englouti les 304 pages en une seule après-midi tant j'étais plongée dans les péripéties de Mal, Jay, Evie, et Carlos ! 

Ainsi L'île de l'oubli est un roman jeunesse vraiment bien écrit et original. L'idée de départ était prometteuse et a, pour moi, été vraiment bien exploitée par Melissa de la Cruz. Y'a pas à dire c'est un roman qui ravira les plus jeunes et ceux qui ont gardés leur âme d'enfant ! Pour ma part je n'étais pas super motivée par le film avant de lire ce prequel, on m'a prévenu que ça chantait pas mal et c'est pas ce que je préfère dans les téléfilms Disney, mais maintenant que j'ai terminé L'île de l'oubli il est certain que je serais devant Disney Channel le 16 Octobre !

Note : ★★★★☆

Le téléfilm sera diffusé en France sur Disney Channel le 16 Octobre et sortira en DVD dès le lendemain.


La novélisation de ce téléfilm sortira quant à elle le 30 Septembre chez Hachette.

9 commentaires:

  1. J'ai trouvé le contexte du téléfilm sympa mais j'avoue ne pas être une passionné du style d'écriture de Melissa de la Cruz. Elle a quelque chose qui me dérange. (Enfin c'était mon ressenti dans la série Les sorcières de North Hampton) Mais si c'est jeunesse à tester, pour voir l'adaptation de son style d'écriture. Bisous Althea!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je saurais pas trop te dire si son style est si différent car je trouve pas qu'elle est un style très marqué dans tous les cas. Mais du coup son style s'adapte peut-être plus à quelque chose de très jeunesse comme ce roman-ci plutôt que dans un roman adulte comme Les Sorcières de North Hampton.
      Bisous Bea !

      Supprimer
  2. J'ai un avis globalement similaire au tien ! J'ai bien aimé cette lecture aussi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je suis contente de ne pas avoir été la seule à l'apprécier :) J'ai l'impression que tout le monde a raté la cible du roman, a cru que c'était un YA et a donc été déçu :/

      Supprimer
  3. J'ai été très déçue par ce livre et la bande annonce ne me donne pas envie de regarder la série :/

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Comme je le précise bien dans ma chronique c'est le but du roman, il est écrit pour les enfants d'une dizaine d'années...

      Supprimer