Dernières Chroniques

                 

mercredi 28 octobre 2015

Les Bottes Rouges

Éditeur : EDB. 371 pages - 15€

« J’ai envie d’oublier que mon frère est mort, que personne ne me regarde plus de la même façon.

Je sais que ce type a le pouvoir de me faire tout oublier. Et j’ai envie de lui. Tout simplement. »


Ce qui m'a tout d'abord attiré vers Les Bottes Rouges c'est très honnêtement les thèmes que le roman promettait d'aborder. J'adore lire de la romance, mais avec l’essor de ce genre littéraire j'ai l'impression de tomber sur un peu tout et n'importe quoi. Entre les romances vides de sens qui se contentent d’enchaîner à la vitesse de la lumière les scènes de sexe, et celles ultra compliquées où les personnages vivent les péripéties plus grotesques les unes que les autres, il est de plus en plus compliqué que d'en trouver une qui sait se situer dans un juste juste milieu. Au point que personnellement j'ai mes auteures chouchous dans le genre et ne me tourne donc que très rarement vers des nouveautés, or je suis bien contente d'avoir fait une exception à la règle pour découvrir Fleur Hana avec Les Bottes Rouges.

Okay c'est une romance et c'est donc bien l'histoire entre Angie et Valentin qui nous passionne vraiment à la lecture. Mais Angie et Valentin c'est surtout deux personnages extrêmement bien travaillés qui s’apprennent et s'apprivoisent au fil des pages. Parce que y'a pas que cette histoire, y'a aussi tout le reste. Et le reste c'est tout ce que traverse Angie suite au décès de son frère aîné dans un accident de la route. Le deuil c'est un thème compliqué, un des plus compliqués à aborder que ce soit soit en littérature ou ailleurs, sauf que c'est terriblement bien emmené dans Les Bottes Rouges. L'auteure ne prend pas de raccourcis, elle n’édulcore par certains passages que beaucoup traversent durant cette période, et surtout elle ne tombe jamais dans le pathos. Au contraire, à côté de la belle sensibilité avec laquelle il est évoqué dans ce roman, le deuil y est dédramatisé.

Et c'est d'ailleurs la plume de Fleur Hana qui est à mon sens le plus gros point fort de ce roman. On est immédiatement embarqués par cette narration tout en simplicité et efficacité qui nous plonge corps et âme dans les péripéties des personnages. Dès les premières pages on se sent complètement impliqué et c'est une implication qui ne s’efface pas avant la fin. On est à fond avec Angie alors qu'elle vit cette histoire avec Valentin. On est à fond avec elle alors qu'elle apprend à vivre la disparition de son frère et tout ce que cela implique. On aussi est attendri par les relations qu'elle entretient avec ses deux meilleurs amis Anita et Josselin. Bref cette histoire on la vit à ses côtés que ce soit dans les passages joyeux ou dans ceux bien plus compliqués.

Au final Les Bottes Rouges m'a surtout plu car c'est un roman qui nous parle de vrais personnes traversant de vrais problèmes. On pourrait tous être ou connaître Angie, Valentin, Anita ou Josselin. Le style efficace et qui contre-balance extrêmement bien les moments tristes, drôles, ou même anodins du quotidien, termine d'apporter une saveur toute particulière à ce récit rondement mené. Je conclurais en soulignant la qualité de l'ouvrage en tant qu'objet papier. Pour avoir déjà les tomes de Bora-Bora's Bitches (également sortis chez EDB) je savais que pour une petite maison d'édition ils envoyaient du pâté niveau livres, mais j'ai trouvé que Les Bottes Rouges passait encore un cap avec des petits détails délicats et efficaces. Je ne peux que vous conseiller d'ajouter cet ouvrage à votre bibliothèque, qu'il s'agisse du fond ou de la forme vous ne serez pas déçus !

Note : ★★★★★

Merci à Babelio et aux éditions EDB pour cette lecture !

6 commentaires:

  1. Pendant un temps, on le voyait un peu partout ce livre et je crois que du coup, j'ai fais une légère overdose.
    Mais voir ta chronique maintenant que l'effet s'est un peu calmé...
    Maintenant il me fait super envie! Et je n'ai rien de cette maison d'édition, ça fera d'une pierre deux coups! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisse-toi tenter mon enfant :P
      Ceci dit c'est vrai qu'à l'époque de sa sortie il avait fait pas mal parler de lui, j'avais d'ailleurs décidé d'attendre pour l'acheter (et j'ai bien fait puisque j'ai pu l'avoir via Babelio ^^)

      Supprimer
  2. Un livre qui me tente beaucoup ! Merci pour cette chronique.

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai dans ma PAL, il faut que je l'en sorte il a vraiment l'air top! :D

    RépondreSupprimer

Pensez à valider le captcha pour que votre commentaire soit pris en compte ❤️