Dernières Chroniques

                 

jeudi 27 avril 2017

Cocky Bastard

Éditeur français : Hugo Roman, collection New Romance

Chance et Aubrey vont se rencontrer au fin fond du Nebraska. Ils se dirigent tous deux vers la Californie et sont à un tournant de leur vie. Le destin va faire en sorte qu’ils fassent route ensemble. Chance est frimeur, charmeur, amusant.

Aubrey est sérieuse et sort d’une déception amoureuse. Et même si ce n’est pas son type d’homme, il est plutôt irrésistible. Leur histoire paraît toute tracée mais Chance n’a pas tout dit et, la fin du voyage n’est pas forcément ce qu’Aubrey avait prévu. Peut-être qu’ils auront une autre chance…

Un road-trip ! Un road-trip ! Un road-trip ! Si vous lisez un peu le blog vous savez que la seule présence d'un road-trip dans un roman suffit à me donner envie de l'ajouter à ma wish (je suis une simple femme, que voulez-vous). Alors là, après avoir lu et apprécié/adoré les deux autres romans écrits pas Penelope Ward, j'étais forcément doublement convaincue en voyant son nom sur la couverture. Bon clairement Cocky Bastard n'a pas été le coup de cœur que fut Room Hate mais ça a tout de même été une chouette lecture !

Tout d'abord j'ai bien apprécié les deux personnages principaux en tant qu'individus. Le fait qu'ils se rencontrent au début du roman permet vraiment d'apprendre à les connaître en tant que protagonistes alors même qu'ils se découvrent l'un l'autre. Toute la première partie est donc rythmée par les dialogues savoureux entre Chance et Aubrey et l'humour est plus que présent tout au long du road-trip (d'ailleurs j'ai eu un vrai coup de cœur pour Méchoui, la chèvre, j'avais presque envie d'en adopter une à force).

Cependant le roman, malgré qui soit écrit en collaboration avec Vi Keeland (que je n'avais jamais lu malgré le fait que j'ai son roman The Player dans ma PAL), est construit selon la marque de fabrique de Penelope Ward. Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec l'auteure cela veut dire que le roman est structuré en deux parties distinctes, un avant/après autour d'un événement précis. Dans Step Brother j'avais été un peu mitigé concernant cette particularité, dans Room Hate je l'avais par contre trouvée géniale et au service de l'histoire. En ce qui concerne Cocky Bastard je suis une fois de plus mitigée. J'ai clairement préférée la première partie que j'ai adoré alors que la seconde a un peu plus peinée à me convaincre. Clairement le road-trip m'intéressait beaucoup plus que ce qui se passe dans leurs vies dans la seconde partie, j'ai préféré le point de vue de Aubrey dans la partie un à celui de Chance dans la suite, et surtout l'humour m'a terriblement manqué une fois la moitié passée et où tombe plus dans le mélo. Après je ne vais pas vous dire que cette seconde partie m'a complètement déplu, j'étais énormément attaché à ces protagonistes et ça n'a rien changé, mais je l'ai trouvé moins éclatante et vibrante que toute la partie consacrée au road-trip et c'est un peu dommage.

Ainsi Cocky Bastard a été un agréable moment de lecture sans pour autant complètement me transporter. J'ai été franchement séduite par la première partie, son road-trip, et la présence de Méchoui (les autres blogueuses vous parlent de leurs book boyfriends, moi je vous parle d'une chèvre... sinon à part ça je vais bien), par contre la seconde m'a semblé un peu plus laborieuse et générique. Reste que cette collaboration entre Penelope Ward et Vi Keeland m'a bien plu et je suis curieuse de retrouver leur duo dans le roman Avec toi malgré moi.

Note : ★★☆ 

Merci à Déborah et aux éditions Hugo pour cette lecture.

5 commentaires:

  1. La couverture m'effraie... ! Pourtant les biscottos sont bien présents :D J'ai un peu peur des romances en ce moment. Je suis toujours traumatisée par "The air he breathe" hahahha.

    Peut-être que je pourrai néanmoins me laisser tenter par la chèvre :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que j'ai parfois un peu de mal avec les couvertures de chez Hugo, elles ont une identité propre et une unité ce qui est sympa mais c'est un peu particulier en terme d'esthétique ^^
      The air he breathes aura vraiment été LE traumatisme de ta vie de lectrice XD

      Supprimer
  2. Haha la chèvre à l'air plutôt fun 😅
    La partie road trip me tente assez je dois dire ☺️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien que pour la chèvre je te le conseille ;P

      Supprimer
  3. En même temps, c'est mignon les chèvres ^^.
    Je n'avais pas vu encore d'avis sur ce livre et pourquoi pas le découvrir :)

    RépondreSupprimer

Pensez à valider le captcha pour que votre commentaire soit pris en compte ❤️