Dernières Chroniques

                 

mercredi 4 octobre 2017

L'intrus


Le Jeu de la Confiance, voilà le nom de l'émission de télé-réalité qui fait fureur. Le gain ? 100 000€ et un vœu exaucé. Le but ? Trouver qui est l'intrus parmi les sept autres candidats. La règle ? Ne pas sortir du manoir durant 3 semaines... Et c'est la SEULE règle. Les lois qui régissent la société ? Envolées.

Depuis l'arrivé de la télé-réalité en France en 2001, les émissions du genre se sont multipliées au fil des ans et que celui qui n'en a jamais visionnée une seule, ne serait-ce que pas curiosité, jette la première pierre. Le genre est toujours omniprésent à la télévision, que ce soit sous sa forme première d'émission d'enfermement ou sous des formes plus arrondies via le prétexte d'un jeu quelconque ou d'un enrobage type docu-fiction, et avec un peu de recul on peut que se demander jusqu'où les limites peuvent encore être repoussées. L'intrus se place sur ce créneau en nous proposant un univers où un télé-réalité où les principes même de la société sont effacés et clairement ça a de quoi faire froid dans le dos.

Bien sûr dans L'intrus il y a la recherche de celui ou celle qui a été désigné pour être le traître qui prend beaucoup de place, que ce soit pour les personnages ou pour le lecteur. Personnellement j'avais arrêté mon choix sur deux personnages assez rapidement et je n'en ai pas démordu jusqu'à ce qu'il soit de plus en plus clair qu'un de mes suspects était le bon, j'ai donc pris beaucoup de plaisir à suivre les questionnement des personnages sur l'identité de cet intrus. En tant que lecteur on a assez de recul pour voir lorsqu'ils font fausse route et son piégés par les rouages du jeu et c'est vraiment très intéressant d'observer la façon dont ils réagissent à ces manipulations.

Mais ce qui m'a le plus plu c'est vraiment l'aspect enfermement du jeu et la disparation de toute loi. Qu'ils puissent aller jusqu'au meurtre sans être inquiété par la suite à quelque chose de morbidement troublant. On se retrouve face à des personnes à qui on impose plus aucune limite, si ce n'est celle de ne pas sortir, et les divers manières dont ils réagissent à cela sont vraiment fascinantes. Que ce soit le personnage qui n'arrive plus à rien voir au-delà de la seule interdiction de sortir, celui qui s'enferme dans l'obsession d'être observé par des milliers de gens, ou celui qui dérive lorsqu'il n'est plus contraint par la société, c'est complètement fou à observer. La psychologie de ce roman est magnifiquement bien écrite et développée, on en vient à être piégé par les événements qui se déroulent dans le récit et notre cerveau carbure à toute vitesse alors qu'on dévore les 256 pages du bouquin.

L'intrus met en lumière par son huit-clos certains des plus sombres instincts de l'Homme et la critique nécessaire de la télé-réalité via l'extrême Jeu de la Vérité est on ne peut plus acérée. Néanmoins si le roman est déconseillé aux moins de dix-huit ans, il n'est pas pour autant gratuitement violent ou ouvertement sombre. En fait Annabelle Blangier rend d'un réalisme troublant une création totalement imaginée et c'est vraiment bien ce qu'il y a de plus terrifiant.


1 commentaire:

  1. Je ne connaissais pas du tout ce livre et déjà le résumé me donne très envie. Ta chronique me donne envie de sauter dessus, merci pour la découverte ! :)

    RépondreSupprimer

❤️