Dernières Chroniques

                 

mercredi 15 novembre 2017

Vera

Du résumé de Vera on comprendra que ce roman parle d'une romance impossible entre une femme mûre et un jeune homme beaucoup plus jeune qu'elle. On pensera alors à Le Liseur de Bernhard Schlink et forcément on s'attendra à retrouver le romanesque et la force de cette histoire. Sauf que Vera faut bien loin des attentes qu'on peut placer en lui à la lecture du résumé.

Déjà vendre Vera comme une romance me semble être une erreur. Les amateurs de romances n'y retrouverons en effet par le compte et le public qui pourrait être séduit par ce récit sera quant à lui peut-être rebuté, bref il semble y avoir un certain écart entre la promesse du résumé et le produit final. 

Je dois dire après que dès les premières pages j'ai été déstabilisée par le style narratif. Le roman est entièrement écris à la deuxième personne du singulier, le « tu » désignant le personnage de Sonny, et cela crée immédiatement une atmosphère très clivante. Clairement soit on adore et on accroche pleinement, soit on se retrouve en difficulté très rapidement. Malheureusement je me suis retrouvée dans la deuxième catégorie puisque c'est un choix stylistique qui n'a jusqu'à présent jamais su me séduire, peu importe le nombre de fois et la forme sous laquelle je l'ai croisé jusqu'à présent.

De plus l'histoire en elle-même m'a semblé relativement sous-développée. On reste beaucoup trop en surface des événements, il y a parfois certaines longueurs qui semblent clasher avec les passages qui souffrent d'être trop rapides, et on a du mal à se sentir proches des personnages. Les deux héros, Sonny et Vera, ne sont pas engageants et l'intimité emmenée par le choix narratif du « tu » semble être du gâchis tant les protagonistes sont distants.

Ainsi j'ai eu beaucoup de mal à la lecture de Vera et je pense que j'aurais eu des difficultés à le terminer si je n'avais pas eu l'impulsion des Matchs de la Rentrée Littéraire derrière moi. La tagline du roman, offerte par le quotidien britannique The Guardian, parle d'« une histoire d'amour inoubliable » et si je dois être honnête je la cherche encore...

6 commentaires:

  1. J’en avais pas entendu parlé de celui-là, mais rien qu’à la lecture du résumé, je suis clairement pas intéressée. J’ai un problème avec ce genre de « relation ».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi tu as un problème avec les cougars jumelle ? XD

      Supprimer
  2. Malheureusement, je pense que je vais passer mon tour :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne manqueras pas grand chose, c'est vraiment une déception :/

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais lu de bouquin en "tu", rien que le principe me fait peur. Donc ça + ton avis, clairement, je passe mon tour... Dommage, il avait une si jolie couverture... (futilité, bonjour :p )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que la couverture est ce qui m'a attiré en premier, faut dire que c'est pas dans les bouquins de la rentrée littéraire qu'on retrouve forcément les plus belles couvertures :/

      Supprimer

❤️